Louchébem ou le jargon des bouchers

26 mars 2012 | Auteur Anthony | Cat. Culture | #, | 0 Commentaire »



J’ai appris hier l’existence du louchébem, je connaissais le javanais mais ce jargon des bouchers parisiens et lyonnais est quelque peu différent.

Cette façon de parler était utilisé au XIXème siècle, vous pouvez encore l’entendre dans les discussions des professionnels de ce métier ou tout simplement à travers des mots qui sont restés dans le français de tous les jours.

Le louchébem, un mix entre verlan et un genre de javanais

Louchébem Journal

Et alors comment… ? On « camoufle » des mots existants en les modifiant suivant une certaine règle : la consonne ou le groupe de consonnes au début du mot est reportée à la fin du mot et remplacée par un « l », puis on ajoute un suffixe argotique au choix, par exemple -em/ème, -ji, -oc, -ic, -uche, -ès. Ainsi s-ac se mue en l-ac-s-é, b-oucher en l-oucher-b-em, j-argon en l-argon-j-i, etc. (Wikipedia)

Quelques exemples :
Garçon : larsonkesse
Commis : lomikesse
Filet : liléfem
gigot : ligogem
porc : lorpic
maquereau : lacromuche
monsieur : lesieumic
morceau : lorsomik
pardon : lardonpem

Vous parlez louchébem tous les jours…
en douce = en loucedé ou en loucedoc
fou = loufoque
filou = loufiah

Pour finir, ils sont plusieurs à avoir parlé le louchébem et vous les connaissez :

Dans la chanson Sale Argot, Akhénaton (Groupe IAM) rappe un couplet entier en louchébem (maintenant vous comprenez mieux…). Et Raymond Queneau a également utilisé le loucherbem dans un texte du même nom (Exercices de style – 1947). Fin.



Quelque chose à ajouter ?

Afin d’assurer la sécurité et la qualité de ce blog, tout commentaire de SPAM, injurieux ou diffamant, susceptible ainsi de faire l'objet d'un délit de presse, (Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse) sera modéré.